dimanche 23 juillet 2006

Le monde m'écoeure!!

Que faire, que dire...je suis triste, je suis choqué, je me sens en maudit...Le Liban est en train de se faire raser par Israël. Je n'ai toujours pas de nouvelles de Bachar... Baalbeck encore bombardé. Je ne sais pas si ils ont été évacué par bateau vers chypre ou si ils ont quitté par la Syrie. Ou encore pris quelque part dans le pays sans moyen de partir pour l'instant. J'ai mal pour ce pays, pour les amis libanais. Et je ne crois pas que la guerre est le moyen de régler les différents...

4 commentaires:

Asthyan World a dit...

Article des "Nouvelle-Calédonie / Société - du 0.07.2006" (journal de Nouvelle-Calédonie)

Témoignage de Hamad Sinno, Libanais installé en Calédonie : « C?est la démocratie qu?on assassine au Moyen-Orient ! » déclare-t-il.

Proche de la soixantaine, Hamad Sinno s?est installé, il y a huit ans, en Nouvelle-Calédonie. Il propose aujourd?hui des spécialités libanaises dans un snack installé Portes-de-Fer.


Les Nouvelles calédoniennes : Comment avez-vous réagi en apprenant que votre pays était bombardé par Israël ?

Hamad Sinno : C?est vraiment malheureux de voir ça ! Plus le temps passe, plus la démocratie, la tolérance et l?être humain sont bafoués au Moyen-Orient. Difficile de dire qui a tort ou qui a raison car, si on y regarde de plus près, le passé n?est glorieux pour personne. De mon côté, je préfère rester neutre. Je constate simplement avec tristesse que des pays entiers sont détruits à cause de quelques personnes et que ce sont les populations qui souffrent le plus. Au nom de Dieu, on assassine Dieu, au nom de la démocratie, on tue la démocratie... Je suis bouche bée devant une telle désolation.


Avez-vous toujours de la famille au Liban ?

J?ai quitté le Liban en 1981 et je n?y suis retourné qu?une seule fois, en 1995, pour quelques semaines. En fait, j?ai fui pour ne pas prendre part aux événements. J?ai fui car j?en avais assez de vivre dans une marmite. Je suis né à Beyrouth et je n?ai eu ni enfance, ni jeunesse. Alors un jour, j?en ai eu marre et je suis parti. Bien sûr, j?ai encore de la famille là-bas, mais je n?ai plus de contact avec elle. J?appelais souvent pour avoir des nouvelles, mais à chaque fois, ils me répondaient : « Tu sais, nous sommes sous les bombardements... » Alors, j?ai plus appelé. Aujourd?hui, je me sens coupable. Coupable d?avoir fait mes valises, coupable de ne pas choisir de camp, coupable de poser des questions...


Pourquoi avoir décidé de ne pas choisir de camp ?

Parce que nous sommes au XXI e siècle et que les Etats - c?est le cas en Europe, par exemple - ont plutôt tendance à s?unir pour faire face aux difficultés. Mais au Moyen-Orient, tout le monde veut faire son Etat à lui, quel qu?en soit le prix ! Je ne comprends vraiment pas. Il y a eu des guerres, des déportations, beaucoup de souffrance et personne ne tire les leçons du passé. Cette partie du monde s?enferme dans une chaîne sans fin où la violence amène la violence. C?est désespérant !


Avez-vous quand même un peu d?espoir ?

J?espère que la tolérance va pouvoir se frayer un chemin dans tout ça. J?espère qu?un jour des populations qui n?ont rien demandé à personne pourront enfin vivre en paix.


Propos recueillis par Xavier Serre. Tous droits de reproduction réservés

Riadh a dit...

idem.

Jess a dit...

Des fois, j'avoue que la réaction est très forte. Quoi que je ne connais pas vraiment la cause du conflit. Comment ça a débuté?

RL a dit...

Pour ce qui concerne uniquement ce conflit, cela à débuter par l'enlèvement (si je peux l'exprimer ainsi...) de 2 soldats Israëliens par le Hesbolla.